mardi 31 juillet 2018

#Portrait : Lucie en fleur




Description : Création personnelle – Portrait floral de ma fille, Lucie. 
Réalisation : Croquis au critérium, mise en couleur à l'aquarelle, détails aux crayons de couleur.
Support : papier Aquarelle blanc.
Temps de réalisation : environ 5 à 6 heures.
Format : 24×32cm.
Date de création : 31/07/2018.

 
Je ne sais pas ce qui m'a pris l'autre jour, mais à force de suivre des artistes de talent sur Instagram, j'ai eu une inspiration folle et l'envie pas possible de me remettre à l'aquarelle... Évidemment, comme je ne sais pas faire les choses simplement, je me suis lancée dans ce projet directement... Et j'ai adoré :D

Par contre, désolée, je ne vous mettrai pas la photo de ma fille qui a servi d'inspiration pour ce travail (je ne veux pas qu'il y ait de photos d'elle sur internet), mais en gros, il s'agit d'un portrait semi-réaliste à l'aquarelle.

Sinon, je suis très active sur les réseaux sociaux, donc si vous voulez me suivre, n'hésitez pas :


•  FacebookDeviantart Skyrock Ask HellocotonTwitter Instagram

mercredi 11 juillet 2018

Petit lexique du prénom

Bonjour à toutes et à tous !
Je reviens dans cette nouvelle note un tantinet polémique... Parce que quand on parle des prénoms, tout de suite ça devient la guerre sur le net...

Personnellement, je suis pour la liberté d'expression et le choix pour tous... 

Mais si il y a une chose que je ne supporte pas, c'est la "customisation" des prénoms parce que les parents se sentent pousser des ailes et veulent "se faire plaisir"... Mais les gens : un enfant va devenir un adulte un jour ! Pensez à son avenir ! Une petite "Fidji", c'est mignon pour un petit bébé (et encore...) mais à 30 ans, ça CRAINT !

Il y a d'ailleurs une super page Facebook qui fait mention des perles rares trouvées ça et là sur le net : La L.O.E.C. (Ligue des Officiers de l'État-Civil), amusez-vous bien xD !

Attention : dans cette note de blog, je ne parle que de prénoms venant d'enfants issus de familles françaises, car je ne permettrais jamais de juger les prénoms étrangers, puisqu'il s'agit d'une culture différente de la mienne.









Là, on a clairement affaire à de l'assemblage de syllabes sans queue ni tête...





La maman était une "cagole" très fière du prénom de sa fille et de l'orthographe associé...




Anecdote 100% réelle, au départ les sages-femmes ne voulaient pas noter ce prénom sur le bracelet du bébé qui venait de naitre, mais elles ont dû céder sous la pression des parents qui n'ont jamais voulu changer de prénom... Vous imaginez vous appeler "Äh" ? Quel enfer ça doit être...



Après, je ne suis pas contre les prénoms modernes, style Mila, Tom, etc... Il faut savoir évoluer avec son temps et certains sont assez mignons, mais vouloir ABSOLUMENT un prénom original et unique pour son enfant... Je comprends pas cette mode.

En plus, bien souvent ledit prénom est inventé et/ou affublé d'un orthographe à vomir.

Pourquoi appeler sa fille "Lusshy" au lieu de "Lucie" ? Parce que ça fait "stylé" ? Non, ça fait ridicule et c'est dégueulasse xD !

On a une culture et surtout : les prénoms ont une étymologie (vous savez, une signification lié à son origine), alors, pourquoi tout déformer ? Parce que comme ça l'enfant est "unique" ? Ça n'a aucun sens. (Genre Timéo vient du latin qui signifie "J'ai peur, je crains, je suis peureux"... Super étymologie pour son gosse...)

En entreprise, je sais qu'à CV égal, un DRH préfèrera embaucher une Amélie à une Laïannah...

De plus, nous avons remarqué avec mon mari et des amis proches (qui ont le même état d'esprit que nous) que du coup, de jolis prénoms "classiques" étaient en train de disparaitre au détriment de prénoms inventés. On ne voit plus de petits Antoine, Pierre, Damien ou Fabien (coucou Florence si tu passes par là ♥) ni de petites Élodie, Amélie, Marine ou Estelle...

Alors, au lieu de vouloir faire un assemblage de syllabes dégueulasse inventé de toutes pièces, je vous invite cordialement à vous replonger dans les prénoms oubliés, parce que je suis sûre qu'un petit "Victor" sera unique dans sa classe, entouré de Enzo, Matéo ou autre Éden.

Sinon, je suis très active sur les réseaux sociaux, donc si vous voulez me suivre, n'hésitez pas :


•  FacebookDeviantart Skyrock Ask HellocotonTwitter Instagram

dimanche 29 avril 2018

L'enthousiaste invétérée

Bonjour à tous et à toutes !
Je reviens aujourd'hui avec une petite histoire encore une fois totalement véridique...
Bonne lecture ;)











Voilà, encore une anecdote 100% véridique... En plus je venais d'accoucher donc j'avais encore les souvenirs frais de ce moment, ce qui m'a d'autant plus fait rire (intérieurement).

La dame était complètement sérieuse, d'ailleurs j'ai résumé la conversation mais les deux femmes étaient convaincues que les gens en rajoutaient et que le travail était loin d'être aussi douloureux que ça. Mais alors quand elle a parlé du fait qu'elle allait aller courir pour accélérer le travail... J'ai essayé de ne rien montrer mais je n'ai pas pu m'empêcher de sourire...

Loin de moi l'idée de traumatiser les futures mamans, après tout c'est génial d'être enthousiaste à ce point... Mais il faut être réaliste : les contractions c'est (pour ma part du moins) le moment le plus douloureux d'un accouchement. Surtout sans péridurale.


Sinon, je suis très active sur les réseaux sociaux, donc si vous voulez me suivre, n'hésitez pas :


•  FacebookDeviantart Skyrock Ask HellocotonTwitter  •


samedi 13 janvier 2018

# Faites des gosses - La honte

Un jour, alors que je venais de récupérer ma fille à la crèche.





Bonne année 2018 à toutes et à tous !
Je reviens cette année avec une nouvelle note de blog qui, je l'espère, vous plaira ;)

Ce jour-là, il faisait beau et pourtant, nous avons croisé une vieille femme emmitouflée qui, je l'avoue, faisait un peu peur... Heureusement qu'elle n'a pas entendu les interjections de ma fille à son égard xD !



Bon sinon, rien à voir, mais en ce moment sur IGraal si jamais vous vous inscrivez grâce à mon lien de parrainage ICI vous gagnez 10 € au lieu de 3 € lors de l'inscription !!! Donc n'hésitez pas, cela ne vous coûte RIEN, au contraire, vous y gagner ;) 



samedi 18 novembre 2017

Comment tout a basculé - Partie 3

Bonjour à tous,
encore une fois, un grand merci à vous pour vos adorables retours concernant ma BD. 

Publier cette histoire me tient énormément à cœur et c'est un réel exutoire pour moi, puisque depuis que j'ai partagé tout cela avec vous je me sens nettement mieux, j'ai quasiment réussi à évacuer toute ma rancœur et tout mon malaise vis-à-vis de cette situation.

Maintenant, place à la troisième et dernière partie de mon histoire.




J'ai reçu un coup de massue... Comment pouvait-il me faire cela à 15 jours de la fin de mon contrat ??!!
Oui, oui, il m'a reproché d'avoir déménagé dans une ville plus éloignée... Et de ne pas m'investir assez (?!) c'est sûr que face à une certaine collègue (je ne citerai pas de nom mais je pense que vous devinerez de qui je parle...) je ne faisais pas le poids : elle, elle était là de 7h30 le matin jusqu'à 20h le soir quasiment tous les jours (parce que chez elle c'était le chaos apparemment...).

Autre gros mensonge de sa part : il m'a dit que mon activité avec les enfants serait annulée vu que je ne serai plus là... Or j'ai vu lors de la rentrée dernière qu'ils avaient reprogrammé mon activité avec en animateur principal... Le fameux stagiaire.
Et je peux vous dire que l'envie de pleurer était bien présente pourtant...

Je remercie certains collègues et certains adhérents qui ont été adorables avec moi, entre autres, la maman de la petite Vanessa qui m'a offert un superbe cadeau et de belles fleurs, Perrine R., Mélanie S., Isabelle B., Stéphanie B... J'en oublie sûrement mais merci ♥

Ah non, vous ne rêvez pas ! Après 5 ans passés en sa compagnie il a ponctué ce dernier entretien par un simple "Bonne continuation"... Puis il est parti manger ! Ben oui, on va pas faire d'efforts pour une simple employée qui part !


J'ai revu une adhérente avec qui je discutais de temps à autre 3 mois après... Elle pensait que j'étais en congés ou que j'avais eu un souci de santé... Quant à mes petits que j'avais en activité : effectivement, ils ont été prévenus de mon départ lors du dernier cours en ma compagnie... Les mamans étaient furieuses contre la direction parce que pour elles ce n'était pas légal (même si ça l'est) et si elles avaient eu le temps, elles m'auraient fait un cadeau et dit au revoir comme il se doit...

Oui, forcément ça fait court pour s'organiser...

J'ai aussitôt démarché toutes les pharmacies des alentours dans un rayon de 30 kilomètres à la ronde...
Et encore, je pourrais parler d'une pharmacienne de village qui m'a littéralement parlé comme à un chien (mais là la BD ferait 250 cases xD), me disant qu'il était temps de me réveiller parce qu'on était déjà en juin et que je ne trouverai jamais ici, que je débarquais d'une autre planète, etc...
Si j'avais su que je n'étais pas gardée, j'aurais certainement été prise dans cette pharmacie à 3 minutes de chez moi car la gérante m'a dit qu'ils privilégiaient les gens des alentours proches...





Encore mieux que cela : une personne qui assistait à la réunion générale de rentrée en septembre 2017 m'a rapporté que le directeur (qui a été obligé d'annoncer officiellement mon départ aux autres salariés et responsables) a dit qu'il avait été obligé de ne pas me renouveler à cause de la loi mise en place par le gouvernement sur les CAE... Or cette loi est passée en août 2017 et j'ai été "licenciée" en mai 2017... Donc à ce jour, il n'a toujours pas le cran et l'honnêteté de dire la vérité. Comme quoi il y a bien anguille sous roche, non ?
Oui, alors qu'avec les 3 ans d'emploi d'avenir j'étais sensée passer une formation par an...
Quand je dis cela, je vise quelques personnes seulement, je me doute bien que la collègue avec qui je ne m'entendais pas n'allait pas prendre de mes nouvelles... Par contre je remercie de tout cœur ceux qui m'ont envoyé des petits mots (vous vous reconnaitrez :) ) !

Voilà voilà les ami(e)s.
Je crois que jamais vous ne pourrez vous rendre compte du bien que ça m'a fait de déballer toute cette histoire ici. C'est en grande partie cet évènement qui m'a coupé l'envie de dessiner, de faire vivre ce blog... J'en ai fait des rêves et des cauchemars dans lesquels mon ancien boulot était impliqué et littéralement ça m'a bouffé la vie.

J'ai culpabilisé pendant un moment, mais pas pour les raisons que je croyais. 

Non, je n'ai pas remis en doute mes compétences ou ce que j'avais pu faire. Ce qui m'a rongé, ce qui m'a taraudé ces derniers temps, c'est ce que je n'ai pas été capable de leur balancer.
La vérité j'aurais tant voulu la lancer à la face de mon directeur, dire ses quatre vérités à ma collègue imbue d'elle-même... Vider mon sac.

Mais je ne l'ai pas fait pour de nombreuses raisons. 
La première ? Je suis lâche. J'ai tendance à être quelqu'un de discret, voire effacé. Hurler sur mon directeur n'était clairement pas ce que j'allais faire. Je suis quelqu'un qui encaisse sans rien dire, et ça, il le savait.
Seconde raison : quand les nouvelles me tombent dessus par surprise j'ai tendance à rester muette, bouche bée, je n'ai aucun répondant. C'est exactement ce qui s'est produit le jour de mon licenciement.

Toutefois, n'allez pas croire que je ne garde que des mauvais souvenirs de mon passage dans cette "entreprise". Non, je ne regrette absolument pas d'y avoir travaillé : j'ai pu acquérir ou confirmer pas mal de compétences, faire de superbes rencontres et élargir mon horizon professionnel.

Tout ce que je regrette, c'est de ne pas avoir été traitée convenablement. Certes, je ne demandais pas un départ en grande pompe avec les honneurs, mais un minimum de décence tout de même... Cinq ans dans une entreprise il me semble que ce n'est pas rien (si ?) ! Juste un petit mot sympa, une petite carte ? Un petit coup à boire ?

Apparemment c'était trop demander. Il est vrai que ça, j'ai eu du mal à le digérer.

À ce jour, j'ai fait une croix sur ma formation de préparatrice en pharmacie (je vais avoir 30 ans demain donc c'est trop vieux pour un apprentissage...), et je cherche ma voie.
J'ai aimé mon travail, mais trouver un équivalent, ce n'est pas gagné.

Par contre, la différence aujourd'hui par rapport à cet été, c'est que j'ai retrouvé le moral : je ne baisserai pas les bras, j'ai encore tellement le temps pour faire ce dont j'ai envie !

Merci encore à tous ceux qui ont lu cette BD, ce résumé de mes 5 ans au boulot, vous m'avez tellement aidée à exorciser tout ça.

Un dernier mot : ALLONS DE L'AVANT !